9 oct. 2017

Saisis ta chance Bartholomew Neil, Matthew Quick


Pendant trente-huit ans, Bartholomew Neil a vécu seul avec sa mère... jusqu’au jour où elle succombe après une longue maladie. Dès lors, comment vivre sans elle ? Ainsi commence la quête de notre héros pour se construire une nouvelle famille.



Un prêtre défroqué, une bibliothécaire agoraphobe, un acolyte survolté, rencontré en analyse sur les conseils d’une psychothérapeute elle-même borderline, sans oublier le lien cosmique que Bartholomew est persuadé d’avoir avec Richard Gere... Tout ce petit monde va bientôt s’embarquer dans une Ford Focus de location, à la recherche d’un mystérieux Parlement des Chats, et de bien plus encore.




Je remercie les éditions Préludes pour cet envoi.

C'est assez rare avec les éditions Préludes mais je dois bien avouer que ce roman a été une petite déception pour moi. Bien qu'il soit apparemment un best-seller je n'ai pas vraiment accroché. Ce n'est pourtant pas faute de rebondissements ou de personnages atypiques et attachants. Je n'ai tout simplement pas pu m'empêcher de me demander à longueur du roman où l'auteur voulait en venir. En toute honnêteté je crois que je me suis ennuyée : je n'ai pas réussi à rentrer dans le roman, ni à me sentir concernée par le sort de Bartholomew. Et pourtant comme dit plus haut il avait tout pour me plaire : une personnalité complexe, un esprit alambiqué et surtout un air de ressemblance frappant avec Forrest Gump (film que j'ai absolument adoré).

A mon avis, le problème que j'ai rencontré avec ce livre est le style employé par l'auteur. Des phrases souvent courtes, dénuées de détails ou de descriptions superflues, sans sentiments même. Je sais que ce style était dû au fait que le narrateur n'est autre que Bertholomew, mais du coup je n'ai pas été emballée par ma lecture. Bien que je ne remette pas du tout en cause la qualité du roman, il n'était tout simplement pas fait pour moi et j'en suis vraiment désolée après mes nombreux coup de coeur dans cette maison d'édition. 
Mais comme qui dirait ce n'est que partie remise ! 

En bref, un roman frappant de sincérité et puissant de vérité qui n'a pas su me convaincre bien que Forrest Gump lui-même aurait approuvé !

Un passage : "Bartholomew avait fait des heures supplémentaires dans la peau du fils de sa mère pendant presque quarante ans. Bartholomew avait été émotionnellement écorché vif, décapité et crucifié tête en bas, tout comme le saint dont il portait le prénom, selon différentes légendes – sauf que c’était métaphorique –, mais aussi dans le monde moderne bien réel, d’aujourd’hui. Être Richard Gere, c’était comme appuyer sur le bouton de ma propre pompe mentale à morphine."


14,60 €
384 pages

4 oct. 2017

Marque-page #45



Voici un nouveau marque-page :) 
J'espère qu'il vous plaira, dites moi ce que vous en pensez ! 
Et ce que vous lisez aussi, je suis curieuse !
A très vite ♥



1 oct. 2017

Moi après mois... Septembre 2017



Une rentrée sur les chapeaux de roue// On a failli gagner des trottinettes les gars ! // #c'estquoicetteécole // On est plus à la fac // Découvrir les petits astérisques bien cachés en bas à droite du contrat // Quand on ne te dit pas de passer ton TOEFL et que du coup tu ne peux pas partir aux US // Magique // Faire plein de rencontres // Se constituer une petite bande sympathique // Un week-end parisien de folie // Des brochettes de boeufs au fromage parfaites // Voir l'évêque des armées à Notre-Dame // Acheter un livre en anglais qu'on ne lira certainement jamais mais être contente parce qu'il y a le tampon de Shakespeare&cie dessus // Une glace à Amorino // S'émerveiller au Louvres // Atterir devant le Café de Flore et se dire que Paris est vraiment une belle ville // Avoir de grosses hésitations sur son choix d'orientation // Se dire que puisqu'on y est autant se donner à fond // Sortir plus que de raison // Découvrir les SAT (anciennement connue sous le doux nom d'OB) // La finance en anglais ça pique dur // Comprendre que ce qu'on t'a dit sur le fait qu'il n'y a pas de travail en école de commerce c'est du pur mensonge // Savoir où on va se retrouver en janvier prochain // Hello Oslo ! // Se dire que cette fois, une liseuse serait peut être bienvenue // Se rendre compte qu'on a posté que deux fois sur le blog ce mois-ci // Mais s'excuser parce qu'on a sorti deux vidéos dont une pour une très chouette collaboration !


25 sept. 2017

Café ! Un garçon s'il vous plaît, Agnès Abécassis



Envie d’un bon café ? Il suffit de demander ! Sauf quand on se goure dans la formule… Vous avez commandé un garçon ?

En voici un sur un plateau, se dit Lutèce, lorsqu’elle retrouve la trace de son premier amour. Mais le temps aura-t-il su préserver la chaleur de leurs souvenirs ?
Et puis arrive Tom, le flic tendre. Quand Régine le trompe et qu’il le découvre, par dépit, il la trompe aussi. Avant de comprendre qu’elle n’avait pas fauté. Aïe !
Ava, c’est l’artiste peintre qui aime trainer dans les cafés pour y chercher l’inspiration. Un jour, on lui commande le portrait d’une star de cinéma. L’occasion pour sa carrière de décoller ! Mais rien ne se passe comme prévu, et elle qui pensait boire du petit lait risque de devoir attendre un peu avant de sabrer le champagne.
Une histoire pleine de rires, de larmes, de chocolat avec un soupçon de crème. Le point commun de tous ces personnages ? 
L’amour est réellement leur tasse de thé.


Je remercie les éditions Le livre de poche pour ce bel envoi.


Agnès Abécassis a toujours été une auteure que je souhaitais lire, elle faisait parti de ces auteurs qui, vous le savez, va vous plaire mais que vous ne prenez pas le temps de lire sans trop savoir pourquoi. Toujours est-il que, comme prévu, j'ai adoré ma lecture, j'ai adoré la plume d'Agnès Abécassis et j'ai surtout adoré ses personnages. On suit leurs destins se croiser et se mêler, s'effleurer... J'ai aimé découvrir les secrets et les souffrances de chacun. J'aime la complexité chez les personnages de papier, qu'ils soient uniques et pour le coup, j'ai été servie ! Agnès Abécassis a su dépeindre les sentiments et les émotions de sa galerie de personnages avec beaucoup de douceur et de tendresse.


C'est le genre de livre qui rentrerait parfaitement dans une pile à lire de l'été ! Pas prise de tête, drôle à souhait, piquant par moment : c'est le roman doudou par excellence. On s'y plonge avec délectation,  un peu comme lorsque on se baigne après être resté trop longtemps au soleil. 

En bref, un roman frais, léger et merveilleusement agréable à lire ! J'ai hâte de lire d'autres romans d'Agnès, je suis sûre qu'ils me plairont tout autant.

Un passage : "Mon tendre crétin. Dans ton job, tu es dur comme un parpaing. Mais dans ta vie privée, tu n'es qu'une éponge à émotions. Et les éponges, si elles ont une capacité d'absorption infiniment supérieure à celle d'un parpaing, ce qui les enrichit, sont en revanche dépourvues de coquille, ce qui les fragilise."


7,60 €
384 pages